Le 17 août 2017, le journal Néerlandais NRC Handelsblad a publié un articles très intéressant concernant les dangers des implants dentaires et des risques de péri implantite.

L’équipe blue®m connaît ces risques depuis longtemps. Notre fondateur, le Dr Peter Blijdorp, connaissait cette maladie, citée dans l’article, depuis les années 80. Il est l’homme qui a nommé cette maladie : la [péri implantite] !

Il était trop en avance sur son temps : lorsqu’il a commencé à partager ses idées en 1989 avec un grand groupe de chirurgiens dentistes et d’implantologues, ils ont trouvé cela ridicule. Ils n’ont pas partagé sa vision à l’époque…

Heureusement, les temps changent, il y a plus vigilance concernant les risque des maladies péri implantaires et l’importance des soins spéciaux pour les implants. Aux Pays Bas, des implantologues ont reconnu la péri implantite comme un problème sérieux comme vous pouvez le lire dans cet article traduit. Cependant, une recherche quantitative menée auprès de 3 000 implantologues brésiliens montre autre chose de très préoccupant.

“53,2% des implantologues ne voient aucun problème dans la péri implantite, seulement 0,6% en connaissent les risques”

Parce que la nouvelle dans NRC est chère à notre philosophie “des soins implantaires” nous avons traduit l’article afin de sensibiliser davantage de monde sur ce sérieux problème.

Article du NRC “Faites attention aux vis de votre bouche”

Michiel Eijkman | NRC, 17 août 2017 Les implants sont pratiques depuis que les bridges, couronnes ou dentiers peuvent facilement s’accrocher dessus. Cependant, beaucoup de personne ne vont pas les faire vérifier et les infections peuvent être dangereuses. Plus de 1,5 millions de néerlandais ont des implants dans leurs bouches et dans quelques années, on s’attend à ce que les dentistes s’adaptent aux dents de 100 000 à 150 000 personnes avec des racines artificielles comme celles-ci. Cela semble une bonne idée depuis que les couronnes, bridges et les prothèses mobiles placées sur une fondation ancrée dans la mâchoire. Cependant, dans un magazine dentaire récemment publié, le dentiste d’Amsterdam Gordon van der Avoort prévient que les Néerlandais ne prennent pas correctement soin de leurs implants – et cette négligence peut avoir de graves conséquences.

infection des gencives

43% souffrent d’une infection des gencives

Selon le Dr. Van der Avoot, pas moins de 43% des personnes avec des implants souffrent d’une infection des gencives assez grave : une péri mucosite. Une infection beaucoup plus dangereuse est la [péri implantite] : une infection qui peut entraîner de sérieux dommages de la mâchoire. Presque un quart des personnes avec des implants ont cette infection, difficile à traiter.

Cela implique un risque de perte de l’implant et des structures buccales souvent très chères. En moyenne, les coûts d’un implant et d’une couronne sont de 2 400€. Les infections chroniques de la bouche peuvent aussi provoquer des sérieux problèmes de santé : la [parodontite], qui implique souvent une mauvaise circulation sanguine au niveau des gencives, est étroitement apparenté à une perturbation possible des niveaux d’insuline, qui peut mener à un diabète de type 2. De plus, il existe des indices montrant que la parodontite peut affecter l’apparition de maladies cardio-vasculaire ainsi que leurs aggravations..

 

Surveiller régulièrement vos patients

Les personnes avec des implants dentaires doivent être surveillés régulièrement, dit le Dr Van der Avoort, de préférence avec des radios suivi d’un examen buccal. En pratique, la majorité des personnes négligent le bilan et vont chez le dentiste uniquement quand ils ont des problèmes. De plus, les dentistes sont de plus en plus confronté au “tourisme implantaire”, ce sont des patients qui, pour des raisons financières, ont des implants qui viennent de l’étranger – habituellement la Hongrie, la Turquie ou la Thaïlande. Alors que le nombre de Néerlandais avec ce genre d’implant est inconnu, les dentistes des Pays Bas les voient régulièrement dans leur cabinets – avec des sérieux problèmes.

Titane et céramique

La majorité des implants sont fabriqués en titane pur ou en alliage de titane ce que le corps tolère bien habituellement et sont très résistantes à la rupture. La céramique émerge aussi comme autre matériau. Cependant, il y a une différence considérable à l’échelle internationale : sur les quelques 2 000 sortes d’implants, des matériaux de qualité inférieure sont utilisé à l’étranger et la conception change aussi. C’est pourquoi, pour le moment, il est parfois difficile pour les dentistes Néerlandais de déterminer le type d’implants qu’ils doivent remplacer et comment ils doivent traiter le patient. Les dentistes et le patients devraient réfléchir soigneusement avant de poser un implant dans la mâchoire. La solution qui vous paraît la plus facile et durable, peut parfois s’avérer très inconfortable et coûteuse.

Per-Ingvar Brånemark

D’un os de lapin à la mâchoire humaine

L’implant est une intervention accidentelle du chirurgien orthopédique suédois Per-Ingvar Brånemark (1929 – 2014).L’implant est une intervention accidentelle du chirurgien orthopédique suédois Per-Ingvar Brånemark (1929 – 2014). En 1952 Brånemark menait des recherches sur la guérison des os à l’université de Lund. Lors d’un de ses test, il introduit des vis en titane dans les os de la jambe d’un lapin. Une fois l’expérience finie, Brånemark voulait retirer les vis pour les réutiliser. Cependant, frustré, il découvrit qu’il ne pouvait presque pas les retirer.

L’os s’était solidement développé autour des vis. Brånemark a rapidement réalisé que cet inconvénient pourrait avoir des utilisations utiles, de cette façon les dents de remplacements pourraient être solidement attachées dans la mâchoire. Brånemark a placé les quatres premières vis en titane dans une mâchoire humaine à Göteborg en 1965. Gösta Larsson, un homme qui n’avait plus aucune dents à cause d’une maladie, s’est présenté lui même comme sujet de test. Ce fut un succès et “l’ostéo intégration” — nom donné par Brånemark à cette technique – se répandit bientôt dans le monde entier. Les implants du 1er patient, Larsson, ont duré jusqu’à sa mort en 2006. Cet article a été originellement écrit par Michiel Eijkman, dentiste, professeur et correspondant pour le NRC. blue®m a traduit cet article pour sensibiliser le plus de dentistes aux risques des implants dentaires.

Les produits blue®m ont été spécialement conçu pour des personnes avec des implants

Nous pensons qu’un corps sain commence avec une bouche saine. Spécialement les personnes avec des implants doivent prendre soins de leur hygiène bucco-dentaire. Au cours des années, nous avons développés des produits qui peuvent aider au bon entretien d’une bouche saine. Vous avez des implants ? Des implantologues conseillent notre dentifrice sans fluor et notre bain de bouche pour un entretien et le gel oral après une opération ou en cas d’inflammation. Vous avez des questions à propos de l’hygiène bucco-dentaires ? Notre hygiéniste Tessa pourra répondre à vos questions.