un article publié par « Dental Tribune International »

BRISBANE, Australie : Avec le vieillissement de la population, les dentistes doivent être attentifs aux risques des faux palais et des surfaces radiculaires exposées chez les personnes âgées où les problèmes oraux sont multifactoriels. Un article récent recommande une approche d’interception maximale qui implique tous les membres de l’équipe de soins et la promotion des soins personnels : en tenant compte de la salive, de la plaque et des facteurs de risques du mode de vie.

Les dentistes doivent être préparer au nombre important de personnes âgées, spécialement les baby boomers (la génération née entre 1946 et 1964), qui conservent plus longtemps leurs dents naturelles, a déclaré l’auteur de cet article, le Prof. James Walsh à la School of Dentistry à l’Université de Queensland en Australie. Les problèmes spécifiques incluent les caries superficielles chez des patient avec de forts antécédents de caries coronaires et chez ceux qui développent soudainement une hypo-salivation. De plus, les patients âgés souffrent plus de maladies chroniques et sont médicalement plus complexes.

Les options de traitement doivent être ajustées à chaque patient : les traitements doivent optimiser la qualité de vie du patient, lui être confortable et sans douleurs, ainsi qu’à sa portée économique, argumente Walsh.

Les patients âgés ne peuvent parfois pas maintenir une bonne hygiène buccale en raison de la perte des mouvements fins et de leur vue réduite. Donc, Walsh conseille une approche pluri disciplinaire avec des médecins, des infirmières et des soignants travaillant ensemble pour garantir une bonne hygiène buccale aux patients des établissements soins de longue durée. Un message clé doit promouvoir l’hygiène buccale dans le cadre de la santé globale, a-t-il déclaré.

“Le fondement principal de l’art dentaire préventif moderne est d’éviter d’intervenir avant que la prévention n’ai eu la chance de fonctionner,” a souligné Walsh.

“La population âgées risque de tomber dans le cycle de la négligence dentaire ou l’aggravation des maladies buccales. Les soignants pourraient être réticent à effectuer les soins buccaux car ils peuvent estimer qu’ils n’ont pas les connaissance et les compétences pour s’en occuper sans danger”, écrit Wash. “Cela s’ajoute à la perception que la bouche est un endroit intime. Par conséquent, beaucoup de soignant pensent que les patients doivent s’occuper de leur dents et de leurs prothèses dentaires. Dans le cas où les patients développent des démences, les obstacles à l’hygiène buccales sont amplifiés.”

“Les protocoles pour l’hygiène buccale doivent être adaptés aux besoins du patient et être possible dans la limite de temps, d’argent et d’énergie qui peut être dépensé” dit Walsh. “De plus, un manque d’éducation est un besoin qui devrait être traité.”

L’article “Gestion d’intervention minimale du patient âgé” a été publié en ligne le 11 août dans le British Dental Journal.

Aidez les personnes âgées à garder un beau sourire

La compagnie blue®m s’investit pour aider les personnes âgées. Nous avons écrit plusieurs articles sur le sujet (regarder sur notre site). La négligence chez les séniors concernant l’hygiène dentaire devient pire. C’est pourquoi nous voulons aider et faire la différence. Nous savons que nos produits peuvent aider leur hygiène bucco-dentaire et c’est pourquoi nous avons développé des produits spécialement pour leur besoins. Consultez nos produits pour plus d’informations. #faisonsdecemondeunmeilleurendroit